top of page
Posts récents

Piton de la Fournaise (La Réunion)


Randonnée effectuée avec Véro, Lysiane, et Vincent.


Notre objectif est de gravir le Piton de la Fournaise par le Pas de Bellecombe, en aller-retour.


La randonnée débute au parking du Pas de Bellecombe ou au gîte du Volcan, un peu plus en aval.


Avant de descendre dans l'enclos, profitez des premiers panoramas depuis le long belvédère proche du parking. De l'autre côté, le Piton des Neiges dépasse des remparts entourant le Fond de la Rivière de l'Est.


Pas de difficulté jusqu'à la porte métallique qui interdit l'accès à l'enclos en périodes éruptives malgré les nombreux cailloux qui roulent sous le pied. La descente jusqu'au Formica Leo est courte et sans danger en donnant l'occasion de beaux panoramas sur l'enclos, le Formica Leo et la face Ouest de la Fournaise.


Quelques lacets à hautes marches, très bien protégés du vide, permettent d'atteindre le pied du rempart en moins de 15 minutes. Un sentier part sur la gauche en direction du Kapor. Un autre, un peu plus loin, contourne le Formica Leo par la droite et se dirige vers le point de vue des cratères Rivals.


Pour le Piton de la Fournaise, droit devant. Le cheminement sur la lave est très facile malgré quelques creux et bosses sans danger.


On pourrait sans doute marcher n'importe où mais il est conseillé de suivre les multitudes de points blancs régulièrement peints au sol. Ils s'avèrent très utiles en cas de brouillard, ce qui fut notre cas aujourd'hui.


Très rares sont les plantes qui tentent de survivre dans ce milieu hostile. A mi-parcours entre les deux pentes, on distingue la dernière coulée qui a laissé une longue couche de grattons gris et noirs.


Le sentier, recouvert par ces grattons a été dévié sur la droite afin de les éviter. On parvient, toujours aussi facilement à un croisement de sentiers.


A droite, un passage pour rejoindre le sentier vers les Cratères Rivals, à gauche vers le Dolomieu.


Une pente plus accentuée débute à ce croisement et ne comportera que quelques rares portions plates jusqu'au sommet. La pente n'est jamais très forte et convient à tous.


On longe toutes sortes de coulées qui se sont échelonnées sur des décennies. Les laves sont très différentes, passant des grattons acérés et fragiles aux laves cordées ou aux puits insondables dans lesquels il ne vaut mieux pas.


On profite sur la gauche des points de vue plongeants sur les Grandes Pentes, les nombreux petits cratères des dernières éruptions, le rempart du Piton de Partage jusqu'au nez Coupé de Sainte-Rose.


On distingue même les vagues de l'océan sur la côte vers Bois Blanc ou Sainte-Rose. Après une bonne heure de grimpette suivie d'une petite descente, et d'une nouvelle montée, on arrive au bord du gouffre et on essaye de s'imaginer qu'en 2006 la lave avait presque atteint le bord du Dolomieu.


Ce sont près de 50 millions de m3, d'une surface de 1000 m sur 700 m qui sont descendus 300 m plus bas, comblant le vide laissé par les laves évacuées. On remarque les failles en bordure de rempart qui dissuadent d'escalader les roches pour des photos ou selfies.


Nous avons mis 2h10 pour atteindre le bord du cratère.


Je me suis avancé un peu plus loin vers le cratère Maillard, pour quelques clichés.


Le retour se fait par le même itinéraire qu'à l'aller.


L'idéal aurait été de faire une boucle par le cratère Bory et de rejoindre le sentier Rivals, mais trop dangereux et interdit car risques d'effondrement sans prévenir !


618m de dénivelé. 12,6km AR. 5h25 de rando.


Niveau Randonneur.

27 vues

Σχόλια


Recherche par Tags